Vous nommez votre enfant mineur bénéficiaire de vos assurances. Attention!

Vous n’êtes pas sans savoir que les relations de couple sont pas éternelles mais que vous serez parent toute votre vie.

Lorsqu’il y a séparation, habituellement c’est qu’il y a une mésentente importante entre les deux parties.  Vous ne voulez plus que l’autre parent puisse obtenir un quelconque avantage financier de votre décès et vous voulez surtout pourvoir aux besoins futurs de votre enfant.

Vous vous empressez de le désigner comme bénéficiaire sur tous vos assurances-vie et personne ne vous met en garde.

Voici les 3 effets indésirables de cette nomination :

  • Les enfants toucheront l’argent à 18 ans
  • D’ici là, le père ou la mère (l’ex, le cas échéant) des enfants gérera le produit de l’assurance.  Vous avez bien lu.  C’est le père qui aura l’administration de vos biens et argent que vous léguez à votre enfant jusqu’il ait 18 ans. (C’est surtout ça que vous ne voulez pas qui arrive!)
  • Dans le cas où cette somme est supérieure à $25 000, un conseil de tutelle formé de 3 personnes (tantes, oncles, grand-parent des 2 cotés) doit être nommé pour surveiller le tuteur (l’autre parent).  A noter que cette surveillance n’est pas quotidienne sur la gestion que l’autre parent fera et peut avoir un risque…

Pour éviter de vous retourner dans votre tombe, vous pouvez éviter cela très facilement.

  • Vous devez nommer « la succession » comme bénéficiaire de vos assurances. De cette façon, le fruit de votre assurance passera par la succession et non directement à l’entant qui sera sous la garde légale de l’autre parent.
  • Dans votre testament, vous devez nommer un administrateur de vos biens ou celui-ci s’engage à remettre les sommes à votre enfant à l’âge et/ou des périodes déterminées par vous. Un bon notaire vous aidera à rédiger votre testament conforme à vos volontés.

Dernière astuce : Avant de nommer qui que ce soit comme administrateur de vos biens dans votre testament, parlez-lui en pour voir s’il ou elle serait à l’aise avec une telle responsabilité à long terme. Si ce n’est pas le cas, songez à nommer une autre personne.

Pour valider si vos nominations de bénéficiaires sont conformément à vos volontés, prenez le temps de rencontrer votre conseiller en sécurité financière qui validera l’information avec vous.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *